Communiqué de Presse du Colloque Inaugural du Polytechnicum du 9 mai 2011
Colloque Inaugural du Polytechnicum Bourgogne Franche-Comté

9 mai - Dijon

Le 9 mai 2011, dans les locaux du Conseil régional de Bourgogne, le Polytechnicum Bourgogne Franche-Comté a tenu son premier colloque en présence de François PATRIAT, Président du Conseil régional de Bourgogne, d’Anne VIGNOT, Vice-Présidente du Conseil régional de Franche-Comté et de Sophie BEJEAN, présidente de la  Fondation de Coopération Scientifique de Bourgogne Franche-Comté.

Le Polytechnicum est l’association des écoles d’ingénieurs et de management des régions Bourgogne et Franche-Comté depuis juillet 2010.

Ce premier colloque a réuni plus de 100 personnes des communautés scientifiques, académiques, économiques et étudiantes. En introduction, François PATRIAT a rappelé le rôle clé des écoles dans les stratégies régionales d’innovation et dans le dynamisme des territoires, Anne VIGNOT a expliqué
pourquoi la région Franche-Comté a souhaité rejoindre le Polytechnicum et son engagement sur les initiatives en matière d’enseignement supérieur et en
entrepreneuriat, enfin Sophie BEJEAN a souligné l’impact des projets du Polytechnicum sur la qualité et l’attractivité des formations et des établissements.

Après une présentation des objectifs et axes de travail par Shahram AIVAZZADEH et Bernard CRETIN, respectivement Président et Vice-Président du Polytechnicum, une table ronde a permis d’aborder la question des enjeux de la double culture Ingénieur-Manager.

A cette table se sont exprimés Yves MENAT, Président et Directeur Général de GE Energy à Belfort ; Thierry BIEVRE, directeur général d’Elithis à Dijon ; François REGIMBEAU, Délégué Régional aux Mutations Fournisseurs pour les régions Alsace, Franche-Comté, Rhône-Alpes et Bourgogne de PSA ; Alain DOVILLAIRE, directeur d’Arts et Métiers Paristech Centre de Cluny, et Oussama BARAKAT, Chargé de mission PRES, Vice-Président du CEVU et enseignant à l’UFC.

Une double culture ingénieur-manager naturelle ou assimilable ?

Les intervenants expliquent que les ingénieurs d’aujourd’hui assurent de nombreuses tâches de management, telles que la direction de leur équipe, leur évaluation, le recrutement, la délégation, le montage budgétaire, la gestion de projet. Certaines activités sont parfaitement enseignées par les écoles durant les études ou en parcours professionnel. Néanmoins, les intervenants s’interrogent sur la capacité intrinsèque des individus à motiver leur équipe, à générer l’adhésion, à communiquer leur enthousiasme, à ressentir leur état psychologique. Ces aptitudes, que certains appellent les « softs skills », sont-elles
innées ou peuvent-elles être enseignées ? Les PME élargissent le débat aux qualités entrepreneuriales et créatives nécessaires pour les personnes-clés qui
doivent assurer leur développement.

Une double culture nécessaire pour évoluer professionnellement ?

D’après les intervenants, l’orientation vers le management n’est pas obligatoire, les carrières très techniques étant toujours possibles et parfois même très reconnues et rémunératrices. Néanmoins, ils pointent un écart encore grand entre l’évolution d’un manager et d’un ingénieur ayant le même diplôme, ceci étant peut-être liée à au syndrome français de « l’ingénieur subalterne », c’est-à-dire cantonné aux réalisations sans initiatives stratégiques.

Une comparaison internationale favorable aux ingénieur-managers Français

Les intervenants rappellent que le niveau technique des ingénieurs français est très reconnu dans le monde. Par contre, ils attirent l’attention du public sur le caractère impératif de développer la pratique de l’anglais et des autres langues étrangères, en utilisant tous les moyens disponibles, stages à l’étranger, cours internes et externes complémentaires, développement d’affaires à l’export, enseignement des matières techniques en anglais. Autre lacune culturelle des ingénieurs-managers citée par les intervenants, la capacité de présentation orale de leur travaux et la communication d’une manière plus générale, largement pratiquée outre atlantique, et donc mieux maîtrisée.

Les écoles du Polytechnicum favorisent la double culture ingénieur-manager

Au-delà des enseignements techniques ou spécialisés, les écoles du Polytechnicum Bourgogne-Franche-Comté travaillent sur le contenu de leur enseignement avec les équipes pédagogiques et multiplient les mises en situation professionnelle (projets, stages, junior entreprise, entreprise virtuelle, club
d’insertion), en s’appuyant sur les propositions des entreprises et en menant des recherches.

Bernard DECARIS, Directeur régional à la Recherche et à la Technologie de Bourgogne a clôturé la table ronde en rappelant l’intérêt d’une activité de
recherche dans une carrière d’ingénieur, et en ouvrant les initiatives du Polytechnicum vers les écoles doctorales.

Le Polytechnicum est l’association des écoles d’ingénieurs et de management des régions Bourgogne et
Franche-Comté depuis juillet 2010.

Le Polytechnicum Bourgogne Franche-Comté a pour objectif de faire émerger, impulser et fédérer les projets de développement entre ses membres et au bénéfice de leurs étudiants, pour favoriser les transferts de savoirs et d’expériences en vue de renforcer l’attractivité et la compétitivité des établissements, des territoires et des entreprises. Le Polytechnicum Bourgogne Franche-Comté développe une dynamique inter-régionale s’inscrivant pleinement dans le PRES et dans les stratégies régionales d'innovation.

Ces projets seront menés selon 5 axes :

Axe 1 : Entrepreneuriat et management de l’innovation

Il s'agit de sensibiliser les étudiants, les doctorants et les enseignants chercheurs, de développer un environnement favorisant la détection de projets de création et d'innovation, en partenariat avec les acteurs régionaux spécialises (incubateurs, réseaux innovation, …).

Le rôle fédérateur du Polytechnicum dans ce cadre est tout d’abord de conforter l’offre de formation tant en entrepreneuriat qu’en management de innovation. Il doit aussi susciter la mise en place d’un parcours entrepreneurial au sein des écoles, et naturellement mettre en commun et valoriser des actions et des savoirs faire. Concrètement, ces projets communs pourront prendre la forme d'une série de visioconférences d'entrepreneurs anciens élèves, de formations de référents en entrepreneuriat et en management de l'innovation, de simulation de création d'entreprise innovante en compétition inter écoles et en équipe pluridisciplinaires, de séminaires collectifs, ou encore de concours d'innovations inter-écoles. Sur le plan des formations, la création de masters communs sera favorisée, ainsi que la préparation et la participation aux Entrepreneuriales.

Axe 2 : Nouvelles visions de l’enseignement : double culture ingénieur-manager et égalité des chances

Il s'agit de favoriser les nouveaux dispositifs d'enseignement et de renforcer la double compétence de nos élèves diplômés. Le rôle du Polytechnicum est tout d’abord de susciter le développement d’une double compétence « Ingénieur-manager » qui est aujourd’hui très prisée par les industriels et favorisera l’employabilité tout en permettant une orientation plus rapide vers l’une des grandes voies de la carrière professionnelle : l’expertise technique ou le management. La mise en commun des actions et savoir-faire des écoles est vitale pour la réussite de ce projet qui doit en retour conforter l’attractivité des écoles en développant les certifications de compétence.

Dans le second volet de cet axe, le Polytechnicum favorisera une plus grande égalité de chances dans la conduite du parcours des élèves avant leur entrée à l’Ecole et au cours du cursus en interne. Il va aussi travailler sur l'amélioration de la mixité filles-garçons des filières, par des actions de communication ciblées qui doivent permettre de modifier une culture basée sur des stéréotypes. Sur ce plan, l’exemple les cordées de la réussite, des opérations de communication dans les lycées, ou encore la collaboration avec le groupe féminin technique FETES sont des pistes d’action envisagées.

Axe 3 : Actions à l’international et partenariat transfrontalier (axe métropole Rhin –Rhône)

Les partenariats internationaux et l'axe métropole Rhin –Rhône sont stratégiques pour nos deux régions. Toutes les écoles ont naturellement des relations et mènent des actions fructueuses au niveau international. Le rôle du Polytechnicum sera donc de faire partager les bonnes pratiques (fichiers, missions), et de valoriser collectivement ces activités pour améliorer la visibilité des écoles, tout en développant la mobilité des élèves et des enseignants. Il travaillera aussi sur la politique transfrontalière avec la Suisse, pour qui nos régions forment de nombreux étudiants.

Axe 4 : Développement durable

Le développement durable est un enjeu sociétal fort, particulièrement important aujourd’hui compte tenu du coût des combustibles fossiles ainsi que celle d’autres matières premières, l’ensemble étant associé à la limitation des ressources planétaires. Bien que cette problématique soit déjà ancrée dans les enseignements et dans les pratiques des écoles, Le Polytechnicum mobilisera les écoles lors de la semaine du développement durable autour de défis ou d'actions permettant aux élèves d'exprimer leur sensibilité sur ce point. Il réalisera aussi l'inventaire détaillé des actions menées par chaque école afin de les valoriser et de les développer en commun.

Axe 5 : Projets transversaux pour développer la visibilité du réseau et l’efficacité de son fonctionnement

Plus les écoles du Polytechnicum seront visibles, plus elles pourront attirer de bons étudiants et donc former de bons ingénieurs et managers, au profit du tissu socio-économique territorial. Il s’agit donc d’une démarche orientée vers l’excellence. Combiner les efforts intenses des écoles sera une des préoccupations, et qui pourra passer par exemple par des opérations de communication partagées (stands communs, réalisation et diffusion de vidéo, présence dans les réseaux sociaux…).

Priorité à l’entrepreneuriat et à la visibilité

Pour cette année 2011, les membres du Polytechnicum ont choisi de concentrer leurs efforts sur deux axes particuliers : L'entrepreneuriat car ce sujet est directement bénéfique pour les étudiants et l’économie régionale ; et le développement de la visibilité des écoles, car les lycéens s'orientent de moins en moins vers les filières longues, et les filières scientifiques et techniques souffrent alors que le taux d'embauche est particulièrement élevé dans cette période où l’activité économique reprend rapidement.

Un soutien puissant des Conseils Régionaux

Pour soutenir ces projets, le Conseil régional de Bourgogne et le Conseil régional de Franche-Comté se sont engagés sur 4 ans en signant un accord-cadre décrivant un programme de travail ambitieux et dotés de moyens adaptés. Déclinaison opérationnelle de leur stratégie régionale d’innovation, les projets du Polytechnicum contribueront à développer les synergies entre les deux régions, leur rayonnement et leur attractivité.

Télécharger le PDF